tesla assurance

Tesla Insurance, une révolution dans le monde de l’assurance auto

On ne l’attendait pas sur ce terrain, celui de la commercialisation de produit d’assurance. Pourtant, Elon Musk le fondateur de Tesla a dévoilé la semaine dernière, en Californie, le lancement d’une offre d’assurance auto compétitive (30% moins chers que la concurrence) dédiée aux propriétaires de voitures Tesla. Elon Musk, n’exclut pas à terme de devenir un assureur à part entière. Un véritable virage stratégique inhabituel et pourrait, tout comme Amazon, faire bouger les lignes du jeu concurrentiel du secteur de l’assurance.

Cette décision, on s’en doute, a entraîné des questions en cascade dans le monde des assurances : Tesla peut-il être considéré comme un nouvel entrant sérieux dans le secteur de l’assurance ? Quels sont les atouts de Tesla pour se positionner comme intermédiaire d’assurance ? Le constructeur peut-il rivaliser avec les compagnies d’assurance historiques du marché ? Comment ces dernières peuvent-elles s’organiser face à cette nouvelle concurrence ? Est-ce une bonne stratégie de proposer des prix bas ? Le prix d’une assurance auto est-il un indicateur clé pour l’assuré ?

Une assurance pour pouvoir vendre les véhicules autonomes Tesla ?

Le constructeur a assuré qu’il pouvait proposer des tarifs 30 % moins chers que la concurrence, car il connaît parfaitement les voitures qu’il vend. Si l’expérience californienne est un succès, l’offre pourrait être prochainement étendue à l’ensemble des Etats-Unis, ainsi qu’aux entreprises. Tesla, qui a perdu 1,1 milliard de dollars au premier semestre 2019, semble ainsi vouloir diversifier ses sources de revenus.

Mais cette démarche viserait surtout à commercialiser des voitures autonomes le plus rapidement possible. En effet, ces véhicules ne seront lancés sur le marché que s’ils peuvent être assurés. Or, aucune compagnie existante ne le permet actuellement. Elon Musk, qui a l’ambition de vendre ses voitures sans chauffeur dès la fin de l’année 2020, a donc décidé de combler ce manque lui-même.

De l’industrie automobile à l’assurance automobile… Y a-t-il des synergies ? En quoi, est-ce un virage stratégique inhabituel ? Amazon, Tesla, Google… peuvent-ils réellement « disrupter » ce marché ?

En attendant, cette nouvelle, qui semble passer inaperçue, à l’instar des autres de la même teneur, a au moins le mérite de pousser davantage les professionnels de l’assurance française à la réflexion.